« Internet : aliénation ou émancipation ? | Accueil | Cher Bilal Hassani. »

28 jan 2019

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Calaferte

Je ne crois pas non plus que les plateformes ou autres espaces privatifs numériques "réunissent" qui que ce soit. Au mieux, ils agrègent, le plus souvent ils nous juxtaposent et à grand-peine, comme des grains de sable sec. Ils pallient à, ils occupent le vide. Ils sont symptômes, conséquences, pas causes. Mais du coup, les peindre en coupables, essayer de les rendre vertueux ou travailler à leur substituer des plateformes plus saines, c'est encore leur accorder une importance démesurée, c'est lutter sur la strate spectaculaire de la vie et pas sur la vie elle-même.

Quant au vote et à sa transposition en pétition, en 1980 Charbonneau écrivait :

"Plus la société évolue, plus l’individu vote ; et plus l’on vote, plus ce geste se dévalue. Alors pourquoi le vote ? — Pour le vote. C’est un rite d’exorcisme qui refait d’un monde — d’une société, d’un Etat — l’œuvre de la liberté des individus. Mais du coup celle-ci devient la chose de la société, de l’Etat. Je m’y intègre ; je ne me suis pas contenté de le subir, je l’ai choisi. La fête électorale est un rite de participation comme la messe : c’est pourquoi qui refuse cette société cuirassée en Etat a pour devoir civique de s’abstenir. Sinon de son esclave, je deviens son complice…

Le vote est un rite fondateur. Le jour ou la société n’y croira plus, elle aura changé. Déjà la nôtre, avec ses sondages d’opinion, comptabilise moins des libertés que des courants collectifs. Demain l’on ne votera plus. Mais ce ne sera plus à la suite d’un vote."

On y est et la fièvre pétitionnaire qui s'empare de nous est un spasme post-mortem. Peu importe d'ailleurs que la pétition soit suivie d'effet ou non, ce n'est pas ce pourquoi on la signe, on la signe pour se compter (il en va de même pour les cagnottes en ligne). Pour avoir la sensation de faire corps avec d'autres individus isolés qui ont encore en commun telle ou telle préoccupation.

La communauté Globale de son côté ne sera rendue possible que par la disparition de toute communauté. Elle s'incarnera sans doute dans un totalitarisme volatile et éphémère (mais qui, conscient de sa propre fragilité inhérente à sa démesure, recourra sans doute à une brutalité tout aussi démesurée). Ce totalitarisme sera toujours préférable aux légistes de la démocratie qu'une multitude de communautés autonomes. Democracy market ? Quoi qu'ils en disent en effet, les pontes de Facebook et autres savent bien que ne peut être mis en marché que ce qui a préalablement été entièrement dévitalisé (peu importe que ce soit par eux-mêmes ou par d'autres), leur sincérité cynique les honore. Ils ne captent dont aucun "élan vital" mais au mieux entretiennent le mythe d'un "membre fantôme".

Quant au concept du Pharmakon il est trompeur puisqu'il entretien l'idée qu'à force de contorsions, il pourrait ne subsister que le remède, débarrassé du poison (ce que semblent croire les accélérationnistes). Mais il n'y a jamais eu de remède de la technique à elle même, tout au plus un palliatif, une réponse rassurante à la question "est-ce que ça va faire mal", une légère ivresse que ressentent ceux à qui l'on demande de compter jusqu'à 10 le temps que l'anesthésie fasse effet.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

142620_couverture_Hres_0
Appetit_couve_1600
Casssconn
332-225x270
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

juin 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?