« La guerre des tétons. From (censoring) Tits to (Freedom of) Speech | Accueil | La chemise du DRH et le tissu social. »

20 déc 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Hubert Guillaud

Je partage en tout point tout tes constats et toute ta désolation... Je crois que nous sommes là face à un programme politico-économique qui est intimement lié à la réassurance que procure l'apparente efficacité technologique : http://www.internetactu.net/2018/06/01/videosurveillance-ou-avons-nous-failli/ Le problème, c'est que la reconnaissance faciale et la vidéosurveillance font des promesses si simples qu'aucun argument ne savent les contrecarrer, comme l'explique très bien Gérald Bronner dans la démocratie des crédules, qui montre combien la simplicité l'emporte souvent sur la réalité. Et quand on ne peut pas contrer la bêtise de la simplicité, je ne vois pas d'autres principes à opposer qu'une interdiction. Face à l'argument du oeil pour oeil, on a interdit la peine de mort. Les technologies de vidéosurveillance et de reconnaissance faciale sont une plaie dont l'inefficacité n'égale que la croyance qu'elles deviennent un jour efficace. C'est un peu comme les banques : personne ne voit que c'est un piège un con qui fonctionne à la perfection.

Antoine St. Epondyle

Passionnant et terrifiant billet, merci beaucoup.

La question que je me pose à son issue (entre autres) c'est si les concepteurs desdits systèmes assument et savent qu'ils s'adonnent à la reproduction du carcéral dans la vie publique (comme les bracelets de liberté surveillée chez DisneyLand) où s'ils les ré-inventent naïvement comme l'inventeur de l'open-space à qui j'accorde le bénéfice du doute d'être aller chercher son invention dans sa propre tête plutôt que dans le panoptique original. Si ces mecs l'ignorent c'est toujours un peu plus rassurant (pour leur cynisme) mais flippant (pour la société), ça voudrait dire qu'on est dans un monde où la ré-invention des systèmes pénitentiaires passe pour une bonne idée, "valorisable" et souhaitable (pour les investisseurs, élus, boîtes privés etc.). Il faut bien innover, pas vrai ?
Ça témoignerait d'un monde en roue libre où le marché et la course à l'innovation en viennent logiquement à mettre consommateurs et citoyens (c'est pareil) en taule pour s'assurer qu'ils ne fassent rien qui ne soit contrôlé, administré, monétisé ou "corrigé" le cas échéant.

Si au contraire ils sont moins naïfs que ça et articulent en pleine connaissance de cause en "travaillant l'opinion" par la novlangue pour faire accepter ces dispositifs de la même manière que les neuro-marketeurs se mettent à l'éthologie pour étudier le consommateur-animal (et agissent sur les pulsions et l'eye-tracking etc), ça voudrait dire que nos chers dirigeants se jugent à ce point supérieurs qu'ils n'ont pas plus de problème que ça à équiper la planète entière en systèmes tyranniques ou ne demandant qu'à le devenir. Auraient-ils peur de quelque-chose ?

toto

Pour l'histoire du self et le scanner, tu n'as pas eu l'argument béton ... et le mot qui fait peur ... erichia coli

http://www.leparisien.fr/societe/mcdonald-s-des-traces-de-matieres-fecales-retrouvees-sur-tous-les-ecrans-tactiles-testes-dans-une-etude-29-11-2018-7956648.php

jackfruit

top ton article, merci! pour la privatisation de la Police, tu peux deja regarder du cote de SERCO https://fr.wikipedia.org/wiki/Serco_Group

Valérie Peugeot (membre collège CNIL)

Bonjour, La CNIL n'a donné ni un aval ni un avis puisque dans le cadre du RGPD cette démarche n'est pas soumise à autorisation. Les services de la CNIL ont juste accompagné le responsable de traitement pour le conseiller sur la manière de s'y prendre la plus sécurisée possible et la moins préjudiciable à la vie privée possible (eg : pas de gabarit en base centrale), et de les aider à s’interroger sur la pertinence de la démarche (notamment le coût au regard du résultat attendu...) mais n'a pas le pouvoir d'autoriser ou d'interdire ce type d'expérimentation. Donc non, nous ne fumons rien de particulier à la CNIL en ce moment ni à aucun autre d'ailleurs, nous essayons juste de faire au mieux avec les outils juridiques dont nous disposons. Que ces outils ne soient pas à la hauteur des enjeux actuels est un débat en soi, qui ne peut en aucun cas être porté par la CNIL seule.

olivier ertzscheid

Bonjour et merci d'être venu commenter sous ce billet. Je prends bonne note de vos remarques. J'ai énormément de respect pour le boulot de la CNIL (et pour le votre également au passage) mais je maintiens cependant mon incompréhension dans cette affaire. Il me semble que le rôle de la CNIL, indépendamment de ses attributions et des outils juridiques dont elle dispose est également (et peut-être avant tout) de dénoncer publiquement les risques de dérive de ce genre de pratique.
Le simple fait que la CNIL se trouve associée à ce genre d'étude est - de mon point de vue - un risque fort de discrédit sur le remarquable travail qu'elle produit par ailleurs.
Pour le dire plus simplement : je trouve dommage que la CNIL ne "profite" pas de ce genre de dossier pour avertir sur les énormes risques qu'il représente pour les libertés publiques. Cela, me semble-t-il, entre pourtant bien dans ses attributions.

A Meilassoux

Merci beaucoup pour ce tres bon article La CNIL avait retoqué le projet de l’Université de Lille d’utiliser les données biométriques pour controler les accès N’est on pas exactement dans le meme cas ? Merci a Mme Peugeot pour sa réaction mais je suis d’accord avec le commentaire precedent : non seulement il faudrait mettre au point la position de la CNiL si elle n’a pas « donné d’avis positif » mais effectivement publier un commentaire d’alerte et de mise en garde L’article souligne à juste titre les dangers potentiels de ce tupe de projet Merci en tout cas pour cet utile debat

RyDroid

J’aime bien le contenu. Cependant “google.com” et “gstatic.com” que NoScript détecte sur ce site web, ainsi que “fonts.googleapis.com”, ça parait pas trop compatible avec le discours. Petit bonus contre la vie privée : j'ai dû activer JavaScript pour poster ce commentaire !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Appetit_couve_1600
Casssconn
Classiques connectés
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

janvier 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?