« Ingénieries de la sérendipité. | Accueil | Le petit lien du Week-end »

05 fév 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Piotrr

Magnifique ! Mais j'ai justement une question qui me trotte dans la tête depuis longtemps et pour laquelle j'ai besoin des lumières aussi bien du pianiste que du maître de conférence en infocom : je me demande pourquoi les musiciens ne sont pas encore passés au support électronique pour leurs partitions. A chaque fois que j'assiste à un concert, je suis effondré de voir ou bien qu'on mobilise une personne juste pour tourner les pages (comme ici), ou bien les musiciens se dépatouiller comme ils peuvent pour le faire eux-mêmes. Un jour, j'ai même assisté à une mini-catastrophe avec la partition qui a glissé du pupitre pour venir s'écraser aux pieds du violoniste en faisant un gros "plaf !" en plein milieu d'un morceau. Et c'est sans compter l'exécrable réseau de distribution des partitions qui obligent le malheureux père que je suis à sillonner Paris à la recherche de la partition rare dont a besoin demain sans faute sa fille chérie pour son cour de violon.

Je ne comprends donc pas pourquoi ce milieu n'est pas passé à l'ère de la partition téléchargeable sur Internet et lisible sur des pupitres électroniques qui feraient avancer la partition automatiquement à mesure qu'elle est jouée. Ca me semble pourtant simple comme bonjour. Qu'en dit Ertzscheid Bros. ?

Michael Ertzscheid

La question est légitime... Réponse(s) possible(s):
- Sur la vidéo, le tourneur est en fait le pianiste avec lequel je partage le concert (et qui joue dans la 2e partie) ; mais c'est souvent un grand élève qui tourne les pages, ce qui donne une (petite) dimension sociologique à l'acte : initiation à la scène (et au trac !), partage et proximité avec son professeur ou avec un grand musicien...
- L'objet "partition" est très ancré dans notre pratique musicale, et les musiciens (surtout les musiciens classiques) y sont très attachés (donc si un changement se fait, il se fera lentement...). Les partitions sont souvent annotées, sur plusieurs niveaux (modestes palimpsestes), cornées, vieillies, passent d'une génération à l'autre... Peut-être encore plus chez les pianistes, où se rajoute une dimension supplémentaire : au lieu de nous balader avec notre violon/flûte/etc., on se promène avec nos partitions !
- Le réseau de partitions est souvent exécrable, c'est vrai ! Mais peut-être moins sur Paris, car c'est rare de ne pas trouver son bonheur rue de Rome, à la Flûte de Pan ou chez Arioso.
- Enfin, sur la vraie question de la partition numérique, je la pratique moi-même assidûment mais pour mon usage "personnel", en voyage, pour travailler (notamment via IMSLP)... Pour l'appliquer au concert, il y a différents "freins" ; les dispositifs existent, mais ils sont encore assez chers, récents, et peu unifiés (il faut un grand écran, confortable, avec la possibilité d'écrire facilement, qui s'adapte au piano ou au pupitre... ). La question des droits d'auteur et d'éditeur pour les partitions numériques se pose aussi certainement ; bref, toute la problématique du livre numérique reste d'actualité...
- Enfin, si vous cherchez des sites ou des illustrations, j'en parle dans mon blog (article "Airturn").

Piotrr

Merci beaucoup pour votre réponse, très éclairante. Je découvre au passage votre blog que je trouve très intéressant : il vient de rejoindre celui du grand frère dans mon agrégateur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

142620_couverture_Hres_0
Appetit_couve_1600
Casssconn
332-225x270
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

décembre 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?