« Internet de demain | Accueil | Tu es belle, vu de l'extérieur »

31 oct 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JM Salaun

Salut Olivier,

En poursuivant ton raisonnement, sachant que l'objectif économique unique est le marché publicitaire et que l'arme principale de Google est Adwords (plutôt que Adsense), ne peut-on dire que l'équivalent de la fermeture du code de Microsoft est chez Google la fermeture de l'ingeniérie documentaire ?

Si ce raisonnement est valable, cela expliquerait, par exemple que ceux qui sont sensibles aux dangers se recrutent principalement dans le monde documentaire parce qu'ils peuvent percevoir les menaces cachées de cette opacité, tout comme ce sont certains informaticiens qui ont dénoncé les verrouillages de Microsoft.

De même, Microsoft a fait sa fortune sur un produit joint : le logiciel vendu avec l'ordinateur. Google, dans un tout autre domaine, fait la même chose. Son économie est indirecte.

Bref, tu nous fais gamberger ;-)

Olivier

Jean-Michel> J'ai envie d'être d'accord avec toi sur "la fermeture de l'ingénierie documentaire", et en même temps je me dis que tant du point de vue de Google que de celui de l'Open source, l'ouverture du code s'inscrit presque nécessairement dans le cadre d'une ingénierie documentaire. Donc je ne sais pas trop :-( (même si je suis bien conscient que la réponse dépend de ce que l'on met derrière l'expression "ingénierie documentaire"). OK en revanche sur ton second point : il y a effectivement dans la sphère des métiers documentaires et des "professionnels de la profession" une sorte de lucidité (non-exclusive) qui relève d'un processus "affordant", tout au moins dans la perception de certaines dimensions de l'objet documentaire et du processus de redocumentarisation tel que le propose Google.
Bref, content de te donner à gamberger sur autre chose que mon goût immodéré du Pagerank ;-)

Manuel Vila

Merci Olivier de mentionner la possibilité d'une alternative possible dans le domaine des WebOS, tu me redonnes espoir ! ;) Alors quoi, si Google permet une ouverture à 99%, faudra-t-il aller vers les 100% ? Il faut bien comprendre qu'à se niveau d'ouverture la publicité n'est plus possible car on sera alors dans un monde de pures données où l'intéropérabilité devient la règle d'or et où la publicité n'a plus sa place.

JM Salaun

Manuel,

Je crois que vous faites une erreur de perspective. L'objectif de Google est bien la publicité et le centre est bien le moteur comme le rappelle opportunément Olivier.

Tout le reste ne vise qu'à accroître et à maîtriser le flux informationnel, pour ensuite que la recherche par le moteur se développe et donc pouvoir y insérer la publicité contextuelle. L'interopérabilité s'arrêtera au moment où l'exploitation publicitaire se tarira.

Il ne s'agit pas là d'une vision idéologique, simplement très basiquement économique. Comment une firme peut-elle tourner sans ressource ?

Rémy

attention, Microsoft a réussi son pari de windows car le monde de l'entreprise l'a adopté. Ce monde là sera trés frileux à passer au WEBos si cela ne s'accompagne pas d'une sécurité maximale (l'entreprise est trés frileuse à stocké des infos on line). Je pense que pour ma part que le web social touche les particuliers (et éventuellement les entrepreneurs du web) mais pas encore les sociétés...

Manuel Vila

@JM Salaun : Je ne parlais pas de la perspective de Google mais de celle du web en général. Concernant votre dernière interrogation, "Comment une firme peut-elle tourner sans ressource ?", il suffit de constater que 95% du web fonctionne aujourd'hui grâce à des logiciels libres ou des standards ouverts. La publicité n'est pas une fin en soit, il existe déjà un grand nombre de possibilités de business alternatifs et il y a en encore beaucoup à inventer.

JM Salaun

à Manuel

La question n'est pas les logiciels libres ou les standards ouverts en soi, mais de la stratégie de Google par rapport à ceux-ci.

La réponse est très claire, Google pour 2006 : 10,6 Mds de USD de chiffre d'affaires à 99% par la publicité. En 2007, ce sera encore beaucoup impressionnant. Certes, la publicité n'est pas une fin en soi, mais entre 1% et 99%, le choix est vite fait et le profit est bien la fin de toute entreprise commerciale.

Ensuite que la stratégie de Google passe, pour une part, par des standards ouverts est une question importante, mais son objectif est bien le moteur principal (dans les deux sens du terme) de la firme.

Il ne faut donc pas confondre standard ouvert et recherche ou non du profit. Dans certains cas les problématiques se contredisent, dans d'autres elles marchent ensemble. Tout dépend du contexte et de la stratégie.

La volonté de Google en faisant ce choix me parait double : fluidifier le Web pour augmenter le trafic global (et donc valoriser le leader sur le marché publicitaire) et fragiliser son concurrent potentiel Microsoft, le seul à pouvoir le contrer en terme de puissance financière.

Pascal B.

Il me semble comprendre que Maka Maka ne serait qu'un aggrégateur géant des données des réseaux sociaux accessibles via l'API OpenSocial. Logique : si le métier principal de Google est sont moteur de recherche, il est normal qu'il s'organise pour reprendre la main sur ce secteur du web qui lui échappe pour l'instant.
Tout le monde à remarqué que certains types de recherches sur internet sont plus efficaces si on va les lancer sur del.icio.us ou sur facebook. Des parts de marché en moins pour Google !
Google n'est que le TF1 de l'internet :
http://www.blachier.com/blog/index.php?2007/11/01/81-reseaux-sociaux-encore-une-histoire-de-temps-de-cerveau-disponible

Rémy

Petite update de mon message précédent : google ce n'est pas simplement un moteur...et de la pub, c'est peut être prochaînement un PC
http://fr.techcrunch.com/2007/11/02/un-google-pc-pour-200/
et si google arrive à toucher le monde de l'entreprise (90% microsoft) il aura gagner son pari...

René

Bien intéressante cette idée que "Google prend rapidement la place du W3C". Sauf qu'il me semble qu'il va falloir se battre pour inverser la proposition. Et que le W3C, ou tout autre organisme mondial prenne le pouvoir en notre nom sur les entreprises comme Google ou Facebook. C'est nous qui créons l'information et la connaissance. Facebook et Google ne fournissent "que" la plate-forme. Ces guerres entre colosses capitalistes n'ont pas beaucoup d'intérêt. Quel que soit le gagnant, le pouvoir nous échappe sur une information que nous enrichissons tous les jours et qui nous appartient. C'est de l'Open Source mis à la disposition, non pas de la communauté, mais de quelques entités capitalistes qui s'arrogent le droit d'en disposer à leur guise. Le combat est largement comparable à celui mené par l'Open Source "historique" contre le logiciel commercial "à la" Microsoft. Il faut mondialiser ces entreprises :
http://rene-de-beauregard.blogspirit.com/archive/2007/11/05/la-mondialisation-de-facebook-et-de-google.html

paolo

Hh oui, internet c'est parti comme une network decentralize' mais aujour'hui elle est en train de devenir de plus en plus centralize'.
Lei (read?!?) Fact: the entire Internet could be served from Google machines http://www.gnuband.org/2007/06/26/fact_the_entire_internet_could_be_served_from_google_machines/
Bonsoir! ;)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

142620_couverture_Hres_0
Appetit_couve_1600
Casssconn
332-225x270
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

juin 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?