« Google, Tartuffe et Kim-Jong Il | Accueil | Big Brother Pizza »

31 jan 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ray CHOW

Et pourquoi pas un scénario n°4 - on transfère une partie du bb numérisation à "book.Quaero"?

olivier

Ray> C'est bien dans ce sens qu'allait mon point 3 ... Mais à ma connaissance, les 2 projets de semblent pas "pensés" dans une logique commune. Ce qui est bieeeeeeeeeen dommage:-(

Nicolas

A noter: "6 ou 7 millions d'euros (à raison de 100.000 euros par an à compter de 2007)" ça fait un budget qui s'étale sur... 6 ans. A moins d'une faute de frappe (1 million par an) ce n'est pas très crédible.

A noter encore: les questions de messieurs les Sénateurs sont indigentes.
Genre: moi j'suis allé à St Pétersbourg, ils ont plein de livres en Français, c'est dingue; ah oui, ben moi en Alsace on a numérisé des trucs; etc.

Les réponses de Jeanneney sont aussi indigentes que les questions (normal): il y a qq chose sur le coût de la numérisation texte qui vaut son pesant de cacahuètes, je ne suis pas sûr qu'il ait bien compris comment ça marche.

Et finalement, oui: pour le contre-projet Google, on peut toujours attendre.

Nicolas

je voulais dire "60 ans", bien sûr

Olivier Le Deuff

Ce qui est drôle c'est que nos dirigeants tout comme beaucoup de documentalistes ou de cadres de bibliothèques n'ont pas compris les enjeux des bibliothèques numériques.
Aucun d'entre eux n'a du lire l'article de Carl Lagoze :http://artist.inist.fr/article.php3?id_article=245, sinon ils verraient un peu ploin que la question de la numérisation.
Et puis ça part toujours de l'idée de contrôle institutionnel. Dans le même genre d'idées, le cndp cherche à développer un système de métadonnées genre LOM avec validation par des professionnels de l'information. Ces mêmes personnes ignorent l'existance de système comme Technorati.
On ne peut que s'interroger sur les réelles capacités institutionnelles en matière de bibliothèques numériques.

olivier

Nicolas> Bien que d'accord sur l'indigence des questions et l'indigence induite des réponses, il s'agissait là d'un exercice convenu : on ne peut pas demander à des sénateurs de maîrtiser toutes les arcanes de la numérisation. Ce qui me semble (beaucoup) plus problématique c'est le manque de relai qu'ils (avec les politiques dans leur ensemble, et notamment le ministère de la culture) offrent aux "ambitions" de jeanneney. Car si je suis en désaccord avec ce dernier sur bien des points (risque d'hégémonie culturelle notamment), on ne peut pas lui enlever d'avoir "réveillé" quelques consciences dangereusement assoupies.

Ray CHOW

Juste pour tempérer la critique:

1.) Je ne pense pas que la france n'a pas compris l'importance stratégique de tout numériser. J'essaye aussi à l'étranger de m'intéresser concrêtement à des projets de cette nature, financer des projets comme ceux là, c'est partout 1 immense casse-tête politique, car c'est un peu la déprime budgétaire partout.
2.) J'ai plutôt le sentiment que "Quaero" doit bcp à l'initiative et l'évangélization menée par la BNF depuis maintenant des lustres. Honnêtment j'ai même cru que Chirac s'est laissé embarqué dans "Quaero" notamment parcequ'il fallait faire la BNF. Bon, si ces braves gens (notamment chez Thomson) avaient une autre conception de la communication on en saurait plus aujourd'hui. Pour l'instant je ne peux malheureusement que me contenter que de mes propres supputations ( http://iblog.typepad.com/iblog_eng/2006/01/cache_memory.html )

Michel Fauchié

JNJ dit :
"la mobilisation de l'opinion permet de renforcer le poids relatif des considérations civiques face aux enjeux commerciaux"

ça peut toujours servir ...

Michel Villeneuve

Se comparer à Google serait en effet prétentieux voire farfelu compte tenu de la puissance financière du géant Google. Néanmoins le fait qu'une référence mondiale en matière de livres électroniques de tous horizons soit gérée exclusivement par une entreprise sans qu'il existe d'alternative ouvre tout droit la porte au monopole de google et par extension de l'entreprise (au cas où d'autres sociétés privées se lancent dans la course par exemple) concernant la mise à disposition de tous d'ouvrages libres de droits sous forme numérique.

Pour moi, pour des raisons d'éthique face à un mode et à une certaine idée de la diffusion de supports culturels quant à leur universalité, il serait souhaitable que de tels services ( bibliothèque numérique en ligne ) soient contrôlées et mises à disposition par des entités publiques.

Ensuite et pour terminer, bien entendu que les senateurs n'ont pas à connaître les méandres et le casse-tête de la numérisation, mais en étant efficace et avec des moyens on peut confier et déléguer tâches et responsabilités à des gens compétents en la matière : c'est pas nouveau et ça fonctionne plutôt bien.

Après, bien évidemment les processus de numérisations sont assez lourds (scan des pages deux par deux puis injection dans un logiciel de reconnaissance de caractère puis enfin relecture à faire à la main pour corriger les coquilles toujours présentes à l'échelle d'un ouvrage) et engendreront des coûts importants et peut-être supérieurs aux financements européens, un partenariat avec un groupe privé est alors envisageable bien entendu. Il ne faudra pas perdre de vue, selon moi, que l'intérêt général prime sur les intérêts privés des sociétés comme Google ....

Enfin de compte le caractère public d'une telle activité est un garde fou (qui a ses failles bien entendu comme toute protection mais qui aurait le mérite d'exister)contre les dérives merchantiles de la diffusion de la culture, dans le but utopique que l'argument financier, ne soit pas un obstacle à l'accès à la connaissance ...

alain

Comment peut-on dire devant une commission des affaires culturelles du Sénat, et que ceci figure au compte-rendu sans que personne ne vérifie rien, que "la numérisation en mode texte coûte huit fois plus cher que la numérisation en mode image"?

C'était (peut-être) vrai au début de Gallica, c'est faux maintenant, n'importe qui ayant scanné chez lui un document sait que la reconnaissance de acractères y est incluse.

Par ailleurs, dans un process de numérisation de livres, ce qui est très coûteux, c'est la manipulation des livres (aller les chercher dans les rayons, les transporter chez le numériseur)!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

142620_couverture_Hres_0
Appetit_couve_1600
Casssconn
332-225x270
Le blog d'un maître de conférences en sciences de l'information.
Réflexions, analyses, signalements, opinions.

"Where is the Life we have lost in living?
Where is the wisdom we have lost in knowledge?
Where is the knowledge we have lost in information?"
T.S. Eliot, in Choruses from The Rock (1934)

Where is the information we've lost in Google ?

Botte de foin


POUR CITER UN ARTICLE


Style Hypotheses.org
Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856. Date de publication. [En ligne] http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style APA
Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). “Titre du billet”. Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Style MLA
Ertzscheid, Olivier “Titre du billet”. Affordance.info (souligné) ISSN 2260-1856. Date de publication. [carnet de recherche]. Date de consultation. http://affordance.typepad.com/adresse-du-billet.html

Tous les contenus de ce blog sont sous licence Creative Commons. Vous pouvez donc les reproduire, les distribuer ou les communiquer à condition :
  • de citer l'auteur
  • de ne pas en faire d'utilisation commerciale
  • d'appliquer ces mêmes conditions à toute création qui résulterait d'une modification, transformation ou adaptation d'éléments tirés de ce blog.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported

mai 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
"Mais quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’ARTICLES SCIENTIFIQUES est soit un idiot, soit un menteur."
Lawrence Lessig. 12 Janvier 2013.
Identité numérique et e-reputation :
DÉCOUVRIR COMMANDER OU LIRE EN LIGNE L'OUVRAGE

Qui suis-je ?